İliada Hotel | Epopée de Sarikiz
437
post-template-default,single,single-post,postid-437,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Epopée de Sarikiz

Epopée de Sarikiz

Sarıkız est une fille qui vit dans le village de Ayvacığın au cœur de la province de Çanakkale. Sa mère est morte quand elle était petite. Son père lui propose, pour oublier les souvenirs, de déménager ailleurs en lui disant qu’il aimait beaucoup sa mère. Ils déménagèrent au village de Kavurmacılar près du village de Güre aux alentours de Kazdağları. Ils commencent à s’occuper de la terre et des animaux pour gagner leur vie. Les paysans les aiment beaucoup ils pensent que cet homme est un Saint. Plusieurs années passés Sarıkız grandit et devient une fille très belle et son père vieillit.

Il a envie de faire un pèlerinage. Il fait beaucoup de prières pour aller en pèlerinage. Sarıkız encourage son père pour qu’il aille au pèlerinage. Elle dit à son père qu’elle est grande et qu’il devrait y aller sans perdre de temps. Son père met alors sa fille sous la surveillance de son voisin et va à la Mecque. A cette époque, les voyages prennent beaucoup de temps pour aller à la Mecque : à pied il faut au moins six mois ou plus.

Quand son père est en pèlerinage à la Mecque, les garçons du village veulent courtiser Sarıkız mais elle refuse. Pour se venger, les gens du village font des commérages en disant qu’elle est une coureuse.Quand le père revient du pèlerinage personne ne lui parle plus et accepte son bonjour. Il demande alors à son voisin la raison et son voisin lui répond que Sarıkız n’est pas dans le droit chemin. Le père réfléchit bien longtemps, il n’est pas capable de faire de dons de son pèlerinage. Pour vivre au village il faut qu’il tue sa fille mais il ne peut s’y résoudre. Il emmène sa fille au sommet de la montagne de kazdağı avec quelques oies et pense que les animaux sauvages vont la manger là-bas.

Quelques années passées. Certains passagers venant de Bayramiç ont dit qu’ils étaient perdus dans la montagne et une fille blonde les a aidés. Elle avait des oies et ces oies avaient dévastaient les cultures des paysans dans le plateau de Bayramiç. Les paysans avaient fait une réclamation à Sarıkız et elle avait construit un enclos en amassant des pierres. Les oies ne pouvaient ainsi plus sortir de cette cour. Les vestiges archéologiques sont toujours au même endroit aujourd’hui.

Le père qui écoute ces histoires pense qu’elle pouvait être Sarkız. Quand il se met en route et vient à la montagne il voit des oies et trouve sa fille là-bas. Sarıkız est très contente en voyant son père qu’elle respecte. Son père veut faire ses ablutions pour faire la prière et Sarıkız lui remet de l’eau mais l’eau est salée. Sarıkız dit qu’elle avait pris l’eau de la mer car elle s’est dépêchée puis, elle se dirige vers la montagne. Cette fois-ci l’eau n’est pas salée et elle est froide. Son père comprend alors que sa fille est devenue une Sainte. Pendant ce temps-là, un nuage tout noir apparaît et Sarıkız disparaît. Son père est certain que sa fille est devenue une sainte et, comme ce secret est connu, c’est pour cela elle a disparu.

Il comprend alors les mensonges des paysans et les maudit. Aujourd’hui il n’y a personne dans le village de Kavurmacılar. Le chef du village a rendu le sceau du village au sous-préfet comme personne n’y vit et le nom du village a été effacé des registres. Le père de Sarıkız se promène dans les sommets dans ce chagrin et il meure sur le sommet de Baba tepe. Les paysans font une tombe pour le père et une pour sa fille. Celle de Sarıkız est nommée Sarıkız tepe et celle du père est nommée Baba tepe. Les habitants aux alentours de ce lieu grimpent sur ce sommet chaque année au mois d’août pour se remémorer Sarıkız et son père.

No Comments

Post A Comment